TMS : la douleur chronique neuroplastique (définition et causes)

Écrit par Vincent Daviet

Mis à jour le 8 juillet 2024

Aujourd’hui, on va explorer un sujet fascinant : le TMS (Tension Myositis Syndrome) et la neuroplasticité. Ce syndrome a été découvert par le Dr Sarno et validé par la communauté scientifique. Préparez-vous à être émerveillés par les incroyables capacités de votre cerveau !

📢 Définition : le TMS c’est votre qui cerveau crée et renforce des douleurs physiques réelles à partir de causes psychologiques.

C’est comme si votre cerveau était un ordinateur ultra sophistiqué. Parfois, même les meilleurs ordinateurs peuvent buguer. Eh bien, votre cerveau aussi. Régulièrement, il détecte des dangers. Rarement, mais cela arrive, il confond un danger physique avec un danger psychologique. Il se met à sonner l’alarme physique en déclenchant des douleurs physiques. C’est ce qu’on appelle le TMS ou douleur neuroplastique. C’est un peu comme si votre cerveau apprenait à vous faire ressentir de la douleur, même s’il n’y a rien de cassé ou de blessé.

Oui, j’avoue, c’est très surprenant au premier abord. Toutefois, en inspectant en détail, on se rend compte que c’est un fonctionnement totalement rationnel et très bien expliqué par la science. Spoiler : le mécanisme est réversible naturellement.

Comme toujours, je vous recommande de consulter votre médecin pour qu’il vous établisse un diagnostic précis et de toujours poursuivre vos traitements.

Les fondamentaux de la douleur chronique

Une douleur chronique est une douleur qui dure depuis plus de 3 mois.

La douleur aigüe s'installe en une douleur chronique lorsqu'elle existe depuis plus de 3 mois.
Douleur aigüe ou chronique ?

Les douleurs peuvent avoir une seule des 3 causes ci-dessous. Ou bien en cumuler plusieurs (1, 2 ou les 3 en même temps). Les causes peuvent également fluctuer dans le temps.

  1. Nociceptives : causées par une blessure à un tissu.
  2. Neuropathiques : causées par une blessure à un nerf.
  3. Neuroplastiques ou nociplastiques : causées par un mauvais fonctionnement du système nerveux. Il s’agit de la nomination médicale du TMS.
3 types de douleur chronique en bref :
Nociceptives : causées par une blessure à un tissu.
Neuropathiques : causées par une blessure à un nerf.
Neuroplastiques ou nociplastiques : causées par un mauvais fonctionnement du système nerveux. Il s'agit de la nomination médicale du TMS.
Classification des 3 types de douleur en bref dont les douleurs neuroplastiques (générée par le cerveau), selon une étude scientifique à Seattle de 1994 révisée en 2021. Source IASP-Pain.

Pour aller plus loin : consultez l’article dédié à la définition des douleurs chroniques.

Qu’est-ce que le TMS ?

Définition du TMS

📢 Par définition, le TMS – Syndrome de Tension Musculaire – est une douleur physique causée par des facteurs psychologiques (plutôt que par des problèmes dans le corps).

D’où vient le nom de douleur TMS (Dr Sarno)

Le terme a été créé à l’origine par le Dr John Sarno. Le TMS amène à vivre de réels symptômes physiques (douleur chronique, problèmes gastro-intestinaux, fibromyalgie, céphalées de tension, ulcère à l’estomac, eczéma…) qui ne sont pas causée par une anomalie corporelle, et dont le diagnostique est normal (selon l’âge et le niveau d’activité).

À l’origine du nom :

  • « tension » : tension émotionnelle qui cause le syndrome,
  • « myositis » | « myoneural » : lien entre les muscles et les neurones,
  • « syndrome » : multitude de symptômes présents.

Synonymes

Pour une meilleure compréhension, voici quelques termes synonymes de TMS qui suivent donc la même définition :

  • Douleur neuroplastique
  • Douleur centrale
  • Douleur nociplastique
  • Syndrome MindBody (EspritCorps)
  • Troubles Psychophysiologiques
  • Voire, même si c’est confusant, car inexact d’un point de vue strictement médical, « douleur neuropathique » par abus de langage.

Comment situer le TMS par rapport à la somatisation et à la psychosomatisation ?

La douleur somatique concerne uniquement les aspects physiques du corps (douleurs de types 1 et 2). En revanche, la psychosomatique implique une interaction entre le mental et les douleurs (type 3, neuroplastique).

Autrement dit, la psychosomatique considère que des causes psychologiques peuvent entraîner des affections corporelles, comme les douleurs, des paralysies, des crampes, l’insomnie, l’eczéma. Toutefois, ici, l’origine est au moins partiellement liée à des déclencheurs mentaux, le plus souvent inconscients, comme, par exemple, le stress, la détresse, l’anxiété, la frustration.

Voilà pourquoi le TMS est une sous-catégorie des troubles psychosomatiques : ceux qui sont directement causés par des émotions inconscientes. Comme le montre ce schéma du Dr John E. Sarno.

Le TMS est une sous-catégorie des troubles psychosomatiques : ceux qui sont directement causés par des émotions inconscientes.
Le TMS & les troubles psychosomatiques

Le TMS reconnu par la médecine en France

Oui. Depuis 2022, le site de référence sur les produits de santé et l’information médicale, le VIDAL, l’a intégré à sa base et appelle la communauté médicale à apprendre à le diagnostiquer.

C’est une formidable occasion d’en parler avec votre médecin et d’ouvrir le champ des possibles sur vos douleurs chroniques qui n’en finissent plus. Partagez lui cette source fiable à laquelle il accordera automatiquement toute son attention. Et engagez la discussion pour lui demander un diagnostic médical et suivre ses précieux nouveaux avis.

Quels sont les types de douleurs concernés ?

Toute douleur qui n’est ni un traumatisme, ni une infection, ni un cancer, est susceptible d’être liée à un TMS (et c’est le cas 81% des cas des douleurs chroniques).

A titre d’exemples, voici les symptômes couramment causés par des TMS. Avec en gras les TMS les plus fréquents, selon painreprocessingtherapy.com. En outre, notez bien que la plupart peuvent également être causés par des maladies structurelles. D’où l’intérêt vital de consulter avant toute chose votre médecin.

  1. Acouphènes
  2. Anxiété
  3. Brûlures d’estomac
  4. Céphalées de tension
  5. Coup du lapin
  6. Cystite interstitielle (syndrome de la vessie irritable)
  7. Dépression
  8. Dysphonie spasmodique
  9. Dystrophie sympathique réflexe (syndrome de douleur régionale complexe)
  10. Douleur au cou
  11. Mal de dos (le Dr Sarno a écrit un livre spécifique « Guérir le Mal de Dos« )
  12. Douleur à l’épaule
  13. Fatigue chronique
  14. Fasciite plantaire
  15. Fibromyalgie
  16. Insomnie
  17. Lésion par tension répétitive
  18. Reflux acide
  19. Douleur à la main
  20. Microtraumatismes répétés (RSI)
  21. Migraines
  22. Paresthésies (engourdissement, picotements, brûlures)
  23. Douleur au pied
  24. Problèmes gastro-intestinaux
  25. Syndrome du côlon irritable
  26. Syndromes d’hypersensibilité (toucher, son, odeurs, aliments, médicaments)
  27. Syndrome de l’articulation temporomandibulaire (ATM)
  28. Syndromes de douleur abdominale et pelvienne chronique
  29. Syndrome de douleur myofasciale
  30. Syndrome de douleur sciatique
  31. Syndrome du piriforme
  32. Syndrome de tachycardie orthostatique posturale (POTS)
  33. Tachycardie sinusale inappropriée
  34. Tendinite chronique
  35. Troubles alimentaires
  36. Trouble obsessionnel-compulsif
  37. Trouble de stress post-traumatique
  38. Urticaire chronique
  39. Vertiges
  40. Vulvodynies

Les caractéristiques du TMS

La douleur est bien réelle

Par définition, la douleur n’est pas « dans votre tête ». Les symptômes sont bien réels, dans votre corps.
Comme c’est le cas pour des milliers de souffrants de la communauté mondiale TMS : douleurs de dos, sciatiques, troubles musculosquelettiques (les TMS les plus connus!), fibromyalgie, de fatigue chronique, migraines, colon irritable etc.

Le TMS intervient dans 81% des douleurs chroniques

Environ 81% de toutes les douleurs chroniques sont attribuées à des douleurs neuroplastiques, selon 2 études scientifiques modernes (www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4922795, www.healingtrack.com)

Le superpouvoir de votre cerveau : la neuroplasticité

Maintenant, entrons dans le vif du sujet : la neuroplasticité. 🦸‍♂️ C’est le pouvoir incroyable que possède votre cerveau de se remodeler constamment, un peu comme un artiste sculptant une œuvre d’art en constante évolution.

Imaginez votre cerveau comme une immense toile vierge, prête à être peinte avec les couleurs de vos expériences et de vos émotions. Chaque pensée, chaque sentiment, chaque action laisse une trace sur cette toile, créant de nouveaux chemins neuronaux ou en renforçant d’autres.

Et vous savez quoi ? Votre cerveau est tellement malléable qu’il peut même apprendre à ressentir de la douleur sans qu’il y ait de réelle blessure physique ! 👩‍🎓 C’est la définition même de ce qu’on appelle la douleur neuroplastique ou nociplastique.

Comment fonctionne la douleur TMS ?

La douleur est un signal de danger

La douleur, c’est votre cerveau qui allume une alarme pour vous dire qu’il y a un danger. Comme une alarme incendie qui retentit quand il y a de la fumée. Mais parfois, cette alarme se déclenche sans raison valable. Le cerveau peut buguer et interpréter un stress émotionnel comme un danger physique, créant ainsi une douleur bien réelle.

Évidemment, cette alarme sonne plus souvent quand elle est mal réglée, comme chez les personnes avec une sensibilité plus élevée que la moyenne.

Le cerveau confond certains dangers

Imaginons que vous jouez à cache-cache avec vos enfants. Et soudain, vous entendez un bruit étrange. Votre esprit pourrait penser que vous êtes en danger, même si c’est juste votre chat qui fait tomber un sac. C’est pareil pour la douleur. Votre cerveau peut confondre des soucis émotionnels ou du stress avec un danger physique.

Le cerveau se sentant en danger sonne l’alarme en générant des douleurs

Vivre avec un sentiment de manque de sécurité peut générer une peur constante. C’est comme être toujours sur le qui-vive, prêt à fuir un danger invisible. Cette peur constante est perçue par votre esprit comme un danger permanent. Avec l’intention de vous protéger, votre cerveau peut aggraver, et même déclencher vos douleurs.

Les 4 étapes du TMS

Bon, maintenant que vous avez bien compris la définition et une bonne idée générale du phénomène, laissez-moi vous expliquer comment cela fonctionne vraiment. Bien qu’il y ait quelques divergences de surface entre les différents Dr Sarno, Dr Gordon, Dr Schubiner, … nous pouvons aisément dégager un fond commun très solide et confirmé par les neurosciences modernes. Alors, suivez ce scénario digne d’un bon film :

  1. Un danger psychologique survient (souvent, sans que vous ne vous en rendiez compte).
  2. Ce danger déclenche une peur profonde en vous.
  3. Un mécanisme de protection est activé par votre cerveau pour vous éviter un débordement psychologique inconscient.

    C’est précisément entre ces 2 étapes qu’apparaît le fameux bug : soit le cerveau analyse mal le type de danger, soit il se trompe d’alarme.
  4. Le cerveau crée une diversion en générant une douleur physique réelle, pour vous distraire de cette peur.
Les 4 étapes du TMS.
Un danger psychologique survient (souvent, sans que vous ne vous en rendiez compte).Ce danger déclenche une peur profonde en vous.Un mécanisme de protection est activé par votre cerveau pour vous éviter un débordement psychologique inconscient.⚡ C'est précisément entre ces 2 étapes qu'apparaît le fameux bug : soit le cerveau analyse mal le type de danger, soit il se trompe d'alarme.Le cerveau crée une diversion en générant une douleur physique réelle, pour vous distraire de cette peur.

Vous voyez, votre cerveau est un véritable héros qui fait tout pour vous protéger, même s’il utilise des méthodes un peu étranges. C’est comme s’il vous disait : « Hé, regarde par ici ! Tu as mal au dos, concentre-toi sur ça au lieu de penser à tes soucis ! ».

Ce qui cause et aggrave le TMS

1. Les émotions refoulées (Dr Sarno, Dr Gordon)

Mais d’où vient cette peur qui déclenche tout ce processus ? Eh bien, selon les experts, les émotions refoulées seraient les principales responsables. 😐 Pour le Dr Sarno c’est principalement la colère. 😡 Pour le Dr Gordon, c’est indéniablement la peur. 😨 Quoi qu’il en soit, chaque cas est unique et vos émotions jouent un rôle crucial dans le développement de votre TMS.

Imaginez un peu : vous avez envie d’être une « bonne personne », mais en même temps, vous ressentez de la rancœur, de la colère, de la culpabilité ou de la peur. Au lieu de les exprimer, vous les enfouissez au fond de vous, créant ainsi une tension émotionnelle masquée. Et c’est là que votre cerveau entre en scène !

Votre esprit transforme cette tension en symptômes physiques, comme des maux de dos, des maux de tête ou des douleurs abdominales. C’est sa façon de vous dire : « Hé, regarde, tu as mal ici ! Concentre-toi sur ça au lieu de penser à tes émotions refoulées ! »

2. Certaines habitudes mentales (Dr Gordon)

Maintenant, vous vous demandez sûrement : « Mais comment puis-je m’en sortir ? » Eh bien, une clé très puissante est de ne pas craindre la peur elle-même. Selon le Dr Gordon, auteur de « Déjouer la douleur chronique », il y a trois habitudes qui déclenchent et aggravent la douleur neuroplastique :

  1. 😟 L’inquiétude : Vous vous inquiétez constamment de ce qui pourrait arriver ou de ce qui est déjà arrivé.
  2. 🤯 Les exigences démesurées envers vous-même : Même les plus anodines, comme réussir un examen, perdre 3 kilos ou méditer 20 minutes par jour, allument les régions du cerveau liées à la peur et à la vigilance.
  3. 🤔L’autocritique : Vous êtes constamment dans un état de grincheux, ce qui active votre système de défense face à une menace imaginaire.

Non, ce n’est pas facile, mais c’est faisable. Avec méthode, confiance, patience et bienveillance. Voilà pourquoi, ne vous inquiétez pas, il y a de l’espoir ! En apprenant à reconnaître ces habitudes, puis à les remplacer par des pensées plus positives, vous pouvez reprogrammer votre cerveau et vous rétablir, voire pour certains complètement guérir durablement de vos douleurs (étude scientifique de 2023 avec 52 à 66% de guéris).

3. Le désir d’être de « bonnes personnes » (Dr Sarno)

À l’origine du TMS, il y a souvent un désir intense d’être parfait, ou bien, de satisfaire les attentes des autres. 🤗

Imaginons que vous vouliez toujours obtenir de bons résultats au travail pour éblouir votre manager, ou que vous vouliez toujours être le meilleur sportif de votre tribu. Peut-être aussi que, par le passé, vous faisiez tout pour être un élève modèle, ou simplement ne jamais décevoir les autres.

Tout ceci est très louable dans notre société moderne. On peut l’afficher glorieusement comme autant de qualités. Mais le revers de la médaille, est toute cette pression accumulée qui peut conduire votre esprit à transformer le stress et l’angoisse en douleurs physiques.

4. La répétition

Plus votre cerveau apprend à générer de la douleur et à avoir mal, plus il renforce ses connexions neuronales douloureuses. 🛣️ Avec le temps, ces voies neuronales deviennent des autoroutes par défaut vers la douleur. C’est un cercle vicieux. Mais bonne nouvelle : tout comme la douleur a été apprise, elle peut être désapprise.

En Résumé

Pour résumer, le TMS et la neuroplasticité sont des phénomènes fascinants qui montrent à quel point votre cerveau est puissant et malléable. Même s’il peut parfois vous jouer des tours en créant de la douleur physique à partir de causes psychologiques, il ne fait que vous protéger à sa manière. 🛡️

Alors, au lieu de craindre la douleur, votre défi, si vous l’acceptez, sera d’embrasser la douleur comme un signal de votre cerveau qui vous dit : « Hé, regarde un peu ce qui se passe à l’intérieur de toi ! » . Désormais, découvrez comment reconnaître vos émotions refoulées et vos réflexes conditionnés qui déclenchent votre TMS. Puis apprenez comment les gérer. C’est ainsi que vous serez capable de reprogrammer en douceur votre cerveau en créant de nouvelles voies neuronales plus saines. Et, je vous le souhaite, vous retrouverez une vie active épanouie, voire même sans douleur. 🏆 Comme cela a été le cas pour des milliers de souffrants (voir les témoignages).

N’oubliez pas, votre cerveau est votre allié le plus puissant. Avec un peu de compréhension et d’entraînement, vous pouvez exploiter sa neuroplasticité pour recréer la vie que vous méritez.

👉 Pour démarrer, vous pouvez consulter l’article sur les 18 signes que vous souffrez d’un TMS, pour voir si vous vous retrouvez dedans.

Gratuit, pour vous :

☑️ Des astuces exclusives que je ne partage qu’avec mes inscrits

☑️ Le test « Souffrez-vous de douleurs neuroplastiques (TMS) ? »

☑️ Un guide PDF de 26 pages avec la méthode et les exercices à faire chez vous.


Publié par Vincent Daviet

Hello ! Moi, c’est Vincent. Une École d'Ingénieur, et plus de 10 ans d'expérience en Coaching, m'ont amené à la création d’une entreprise. Ce que j’aime le plus, c’est essayer de m'améliorer dans les différentes sphères de ma vie et d'aider les autres. J'ai donc toujours été très curieux, je lis et j'apprends beaucoup. Afin de vous faire partager ma passion pour le développement personnel sous l'angle du rétablissement des douleurs chroniques, j'ai créé Soulager Douleurs. Je ne suis ni médecin, ni thérapeute. En toutes circonstances, veuillez consulter votre médecin et poursuivre vos traitements. Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *